lacigreen:

englishistheartofbullshit:

submissivefeminist:

If you think this isn’t the damn truth you should know that a few years back, my campus newspaper ran an article that said fat women should be grateful for rape because it’s the only way they’ll ever feel worthy of a man’s attention.

I shit you not.

yeah, I’ve been told on multiple occasions during casual conversations that I’m not pretty/skinny enough to be raped, so that’s a thing

this disgusts the core of my being.

(Source : marfmellow)

(Reblogué depuis lacigreen)

polarbear-fishbiscuits:

wannabefashionjournalist:

al-the-stuff-i-like:

To think that some people don’t see a problem with society is disturbing

it’s not just disturbing, it’s fucking scary. 

Y’all “rape culture doesn’t exist” preachers can fuck RIGHT off

(Reblogué depuis lacigreen)

Fin

C’est comme vivre 6 peines d’amour en même temps. Parce que oui, c’est de l’amour que j’ai pour eux. En tous les cas, nous n’avons peut-être pas vécu une relation amoureuse, mais c’était tout de même une relation des plus intimes que j’ai eu à vivre.

Ils sont venus à moi maladroitement, hésitants, confus, désorientés. Ils se sont présentés avec leurs contradictions qu’ils essayaient tant de dissimuler tout en l’étalant sous mon regard. Ils étaient apeurés à l’idée de s’ouvrir, de souffrir… encore. Ils avaient besoin d’aide pour se dépêtrer d’eux-mêmes et de leurs fâcheuses situations. Nous nous sommes apprivoisés lentement mais surement. Petit à petit, ils m’ont permis d’avoir accès à leur intimité, à toute leur vulnérabilité, leur humanité. Ils m’ont donné accès à leurs souffrances, leur détresse la plus profonde en espérant qu’on puisse, ensemble, trouver une solution pour les apaiser. Ils m’ont ouvert leur monde, leur cœur, leur âme. Nous avons appris à être, être ensemble, ensemble réellement.

Je les ai questionnés, compris, réconfortés, soutenus, du mieux que j’ai pu. J’ai essayé de trouver les mots justes, j’ai essayé d’entendre leurs souffrances de la même façon qu’on recherche la bonne fréquence sur une radio. Je leur ai fourni des métaphores, parfois douteuses, pour essayer qu’on comprenne mieux, ensemble, ce qui se passait en eux. J’ai tenté de leur fournir l’écoute qu’ils réclamaient tant, l’empathie qu’il recherchait tant, le respect qu’ils méritaient tant. J’ai fait de mon mieux pour agripper la main qu’ils me tendaient parfois à contrecœur. 

Je les ai fait réfléchir, murmurer, parler, crier pour qu’ils s’expriment enfin. Je les ai fait grincer des dents, froncer des sourcils, grimacer de colère ou encore de douleur pour qu’ils ressentent ce dont ils avaient tant peur. Je les ai fait rire, pleurer, angoisser, soupirer, sourire, espérer pour qu’ils vivent enfin leur monde intérieur. J’ai tenté de poser une main sur leur cœur pour écouter le battement de celui-ci, entendre leur mélodie plutôt que l’ensemble de notes qu’ils me présentaient. Et sans même les toucher une seule fois, nos rencontres, elles, ont été plus que touchantes. Et ils m’ont aidé à m’exprimer, à ressentir et à vivre eux aussi, mes notes intérieures, à leur rythme, à leur façon, à travers leur mélodie. Parfois, ma propre mélodie empiétait sur la leur et j’ai eu du mal à me concentrer sur leur cœur battant, vivant parce qu’ils ont su faire résonner le mien à l’unisson, quelquefois aussi en canon. Je me suis par moments retrouvée dans leurs notes, mais l’air a toujours été complètement différent, unique.

Ils m’ont fait découvrir toutes leurs couleurs, m’en ont fait voir de toutes les couleurs aussi, si bien que j’en reste complètement émerveillée. Ils se sont risqués à me faire écouter leur mélodie qui parfois me restait dans la tête une semaine, un mois durant. Une mélodie si vibrante, si touchante qu’elle ne peut qu’être belle dans sa complexité. Une mélodie maintes fois répétée qu’on a envie d’entendre évoluer. Et comme mes premiers airs que j’ai appris, ces premières mélodies que j’ai entendues resteront gravées dans ma mémoire. Merci mille fois de me les avoir fait découvrir.

divasdishblog:

"People are perfectly happy to see women as sex objects, but the actual biologic of our bodies is apparently gross and unmentionable."

Our Bodies, Ourselves.

(Reblogué depuis lacigreen)
feminishblog:

feedmyaddictionnow:

kingofwesteros:

Publicity done right in an anti-rape campaign: double-page spread, pages glued to one another. After the reader forcefully separates them, the image above is revealed with the caption “if you have to use force, it’s rape”.

THIS IS BRILLIANT

Sometime I get concerned that people only take to understanding what is literally in front of them - so here, they might take away or infer that physical force is the only from of rape.
But with that being said, I do really appreciate the power of this message. I imagine it sticks with the reader for a long time, and hopefully starts a dialogue.

feminishblog:

feedmyaddictionnow:

kingofwesteros:

Publicity done right in an anti-rape campaign: double-page spread, pages glued to one another. After the reader forcefully separates them, the image above is revealed with the caption “if you have to use force, it’s rape”.

THIS IS BRILLIANT

Sometime I get concerned that people only take to understanding what is literally in front of them - so here, they might take away or infer that physical force is the only from of rape.

But with that being said, I do really appreciate the power of this message. I imagine it sticks with the reader for a long time, and hopefully starts a dialogue.

(Reblogué depuis feminishblog)
(Reblogué depuis ihmispuku)
(Reblogué depuis nevver)

(Source : thetalkingguineapig)

(Reblogué depuis ihmispuku)

(Source : meanwhile-in-canada)

(Reblogué depuis trollstospare)

unlovde:

tardis-are-y0u-drunk-again:

fairytalefaker:

Do you know the horrors that happened where you’re standing?

Life goes on, strange isn’t it?

goosebumps

(Reblogué depuis ihmispuku)